Une réponse aux enjeux de santé

Les enjeux de la télémédecine sont majeurs : réduction de l’inégalité de l’accès aux soins, diagnostic réalisé à distance par les meilleurs spécialistes répondant aux situations d’urgence… Regard sur cette profonde transformation des pratiques médicales.

Le numérique induit des révolutions d’usage dans toute la société. S’il bouleverse les positions des acteurs du commerce, de l’industrie, du tourisme, la médecine est aussi profondément impactée. Tous les pays développés ont été amenés à prendre en compte le développement de la télémédecine dans leur offre de soins. En France, elle a été organisée par l’article 78 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires, du 21 juillet 2009, et de nombreux Etats ont également adopté une législation adaptée.

Les enjeux de la télémédecine sur le plan médical sont majeurs :
- Réduction de l’inégalité de l’accès aux soins notamment pour des personnes situées dans des territoires isolés,
- Diagnostic à distance par les meilleurs spécialistes dans le cas de poly-pathologies ou de pathologies particulièrement complexes,
- Réalisations d’actes répondant aux situations d’urgence,  etc.  
Un état des lieux effectué par la direction générale de l’offre de soins en France (DGOS) démontrait qu’en 2013, 331 dispositifs de télémédecine étaient recensés sur le territoire national, en très forte augmentation (près de 50% par rapport à 2012). Cette évolution est caractéristique d’une dynamique observée au niveau international, tant les apports de la télémédecine sont nombreux.

La télémédecine apporte une réponse essentielle à de grands défis :
- Déséquilibre de la localisation des infrastructures médicales et hospitalières,
- Nécessité de rendre plus largement disponible des équipements toujours plus performants et coûteux,
- Contraintes organisationnelles des équipes en charge des soins.

Elle contribue à assurer à la fois continuité et qualité des soins, à des coûts maîtrisés pour les systèmes de santé.

Démonstration